Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par csa















"UTILISATION DES IMAGES SPATIALES EN CARTOGRAPHIE"


Vendredi 24 avril, à 18h30 avait lieu la conférence sur "l'utilisation des images spatiales en cartographie", présentée par Dominique Lasselin, chef du département Production IGN Espace. Dans la salle d'animation de la médiathèque du Pays de Cahors, une trentaine de personnes se sont retrouvées pour participer à cette conférence organisée par l'association Carrefour des Sciences et des Arts.

On y apprit que la cartographie spatiale débuta dans les années 70 grâce aux images du satellite civil américain d'observation de la Terre nommé "Landsat". La résolution des images à cette époque n'était alors que de 80 mètres (taille au sol d'un pixel). (En comparaison nous pouvons atteindre de nos jours des résolutions de l'ordre de 60 centimètres ! Cependant des images de cette qualité sont rarement utilisées en cartographie spatiale, leurs prix étant bien entendu beaucoup trop élevés.)

A la fin des années 80, la cartographie spatiale fit un bon en avant grâce au satellite européen SPOT (Satellite Pour l'Observation de la Terre) ayant à son bord l'instrument HRS (Haute Résolution Stéréoscopique) permettant d'acquérir des images avec le relief. Dans les années 2000, la résolution à 1 mètre fut atteinte.

Afin d'acquérir des images satellites, deux possibilités sont envisageables : l'imagerie optique et l'imagerie radar. L'imagerie optique permet de capter la lumière du Soleil réfléchie à la surface de la Terre. Dans le cas de l'imagerie radar le satellite envoie un rayonnement dont une seule partie est réfléchie vers les capteurs du satellite. Dominique Lasselin projeta des images optiques et radar de la ville de Cologne. Les images radar pour un œil non exercés, sont très difficiles d'interprétation. Les images optiques quant à elles révèlent parfaitement les routes et les maisons de façon spectaculaire. Les images radar bien que plus difficiles d'interprétation sont très intéressantes lors du survol de zones nuageuses, tandis que les images optiques ne permettent pas de voir "à travers les nuages".

Les productions réalisées par l'IGN Espace sont multiples. L'une des plus courantes reste néanmoins la réalisation de spatiocartes. Celles-ci utilisent un fond de carte satellite, sur lequel viennent se superposer d'autres fonds de cartes (sites touristiques, routes principales, réseau hydrographique…) Ces spatiocartes sont très utilisées dans les cas de cartographie d'urgence (inondations, conflits…) ou pour cartographier des grands espaces peu occupés par l'homme (Parcs naturels). Dominique Lasselin présenta quelques les réalisations de l'IGN Espace : la production d'une "spatiocartes" de l'île de Tahiti ou encore de Ouagadougou.

Les produits altimétriques sont de plus en plus développés ces derniers temps également. Ils permettent de créer des modèles numériques de terrains à partir d'images satellites. Pour cela on utilise les capacités stéréoscopiques des satellites afin de reconstituer le relief des terrains. Cela est très utile pour la Défense ou encore pour affiner les courbes de niveaux des cartes traditionnelles.

Les débuts de la cartographie spatiale furent difficiles mais les besoins actuels et futurs sont croissants. Cela ne va cependant pas à l'encontre de la photographie aérienne, qui permet, à l'inverse des satellites, d'être beaucoup plus flexible. La cartographie a encore de beaux jours devant elle !


 


Cette conférence est organisée en lien avec l'exposition "Les Fils d'Ariane",
présentée au 2ème étage de l'Espace Caviole rue Wilson, jusqu'au 30 mai 2009.
pour en savoir plus sur cette exposition cliquez ici



Commenter cet article